top of page
Hommage aux Piqueux 
Guy Brousseau, Rallye Vouzeron

des sons venus d'un autre monde...

J’ai été marqué dans ma jeunesse par des sons venus d'un autre monde. Parmi ces sonneurs, je me souviens de plusieurs piqueux qui m’ont laissé au fond de l’oreille une étonnante tonalité d’authenticité, quelque chose qui me semble aujourd’hui encore vivant, unique et merveilleux. 

Le piqueux est un professionnel au service de la vénerie : son art et son métier. Il sert ses chiens, il vit avec eux, il est à cheval au milieu d'eux et il utilise sa trompe pour dialoguer avec eux, quoi qu’on en dise. En pleine action, le piqueux détache sa trompe comme un serpent enlacé autour de son buste et sonne sans perdre de temps avec une forme d’efficacité mêlée à un certain détachement. Il coupe une phrase, il écourte parfois car il est pressé et il ne voudrait pas tirer en arrière les chiens de tête. Il sait que son temps est compté. Le piqueux sonne librement, il s’accorde parfois quelques licences, mais le ton vénerie est là et il emporte l’écho de la mélodie sous les voûtes de la futaie comme au choeur d'une cathédrale. 

C’est à l’exact opposé d’un sonneur qui arrive au paillasson du concours qui veut tout mettre en œuvre, comme s'il suffisait de “ forcer “ pour bien sonner, parvenant à coup sûr au résultat inverse. La trompe réclame à la fois une maîtrise longue à acquérir et une grande liberté dans son exécution. Le piqueux appuie ses chiens, les uns en tête, rapelle les autres en retard, son style vient de cette vitesse dans le mouvement et de cette souplesse. L’équipage est en marche, la meute progresse à grandes foulées, il faut coller aux chiens. La trompe enchante cette grande fête en mouvement. Pour autant, il ne suffit pas non plus d’être seulement piqueux pour sonner bien à coup sûr. L’art est difficile. De la même façon, il faut avoir inlassablement appris les bases et la technique pour prétendre un jour s’en libérer.

quelques coups de trompe inoubliables...

 Guy Brousseau disparu en 2003, de son nom de vénerie Laverdure fils, car son père Louis Brousseau lui-même piqueux, était appelé Laverdure. Guy dont le souvenir reste à jamais attaché au Rallye Vouzeron, était un grand monsieur, un sourire inoubliable, le regard pétillant, une gueule à la Jean Gabin, un regard charmeur, une démarche surprenante tant ses jambes s      semblaient avoir été moulées dès la naissance dans une paire de bottes de vénerie. Je me souviens  de lui, quand il venait découpler avec l’équipage Normand Piqu'Hardi en forêt de Dreux. Son  sourire était celui d’un grand charmeur. Et quand il saisissait sa trompe, dès l’attaque son timbre  d’une formidable profondeur captivait l’attention et inspirait le respect. Sa trompe parlait vénerie première langue. Guy Brousseau était un grand veneur, un grand champion de trompe international hors concours, sa trompe était au service de sa grande passion. 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean-Michel Masson, disparu en 2010, de son nom de vénerie Fanfare, ancien premier piqueux du Rallye Bonnelles en forêt de Rambouillet du temps de M. Maurice Otto, puis fondateur de l’équipage de la Roirie en 1983, était un homme petit par la taille, mais grand par ses incomparables talents de veneur. Il savait prendre des cerfs et plus particulièrement de grands cerfs. Il sonnait avec un brio et une légèreté que je n’ai jamais entendus chez un autre. Son coup de trompe était rapide, sa diction libérée et claire, ses articulations s’enchaînaient à la vitesse du son. Il fut vice-champion de France. La trompe de Fanfare Masson était comme celle de Brousseau, placée toute entière au service de son art. Je l’ai cotoyé lui aussi au Normand Piqu’Hardi, au botte à botte, en forêt de Senonches et Dreux, quand il venait porter main forte avec ses chiens. Cela reste            pour moi de formidables souvenirs. 

Jean-Luc Corroyer dit Piqu’Avant, ancien premier piqueux au Rallye forêt de Retz en forêt de Villers-Cotterêts, possède lui aussi une trompe pleine de tempérament, un timbre de vénerie et un style incomparable qui l’ont conduit sur les plus hautes marches des concours, jusqu’au titre de champion international. Ajoutez à cela une gentillesse éternelle qui fait de lui un grand monsieur, en plus d'une grande trompe. 

 

​Au panthéon des grands piqueux sonneurs, figure également le regretté Pierre Lamothe dit Fanfare, piqueur bourguignon auprès de la famille Monot, champion international hors concours. Il sonnait “la Reine des Landes” avec un talent incomparable. La première épreuve de la Louvière à laquelle je me suis présenté en parfaite inconscience, en 1988 sur l’hippodrome de Reims, Fanfare Lamothe jugeait l’épreuve. 

 

 

Pierre Berthier, dit Long Jarret, premier piquex au Rallye Pique-Avant Nivernais, célèbre lui   aussi pour son coup de trompe de champion et sa meute de chiens Blanc et Noir.​ "un piqueux c'est tout un programme..." disait-il en introduction du film documentaire réalisé en 2003 : L'honneur du piqueur. https://youtu.be/M9f--W-vSXQ?si=rzd2PwzUS-kQXqx5 

                       

Aujourd’hui, le vice champion de France 2023 : Léo-Paul Guérin dit La Ramée, lui aussi piqueux au Rallye Vouzeron, semble s’inscrire dans la lignée de ces grands sonneurs-piqueurs. 

J'aurai dû également parler également de Hubert Colladant piqueur de l'équipage Piqu'avant Nivernais pendant 45 saisons qui de mémoire d'anciens, avait un coup de trompe à donner des frissons (professeur de Pierre Berthier). Il aurait fallu parler également de Protat, de Taffé, de Plourd, d'Armand, d'autres mémorables piqueurs sonneurs. Mais s’il fallait tous les citer, il faudrait écrire un livre, tâche délicate et ce d'autant que nous ne saurons jamais comment sonnaient les piqueux du temps jadis. 

des champions héritiers des piqueurs-champions...

Certains champions n’ont pas été des piqueux de métier, mais se sont néanmoins inscrits à mon humble avis dans la droite de ces grandes trompes de piqueux.

   

 Xavier Legendre,           le regretté Pierre Dornez,     Hubert Coispel,      Benoît Garnier, un sonneur hors normes,   

 

 

 

 

Louis de Langlade, champion de France 2023 

                                                                                                                                                    

Ces champions ont eu et ont encore un ton vénerie marqué, un caractère instinctif dans leur façon de sonner et cette profondeur de timbre dans chacune de leurs interprétations. Ils transmettent ce fabuleux timbre de la trompe de chasse qui a fait sa richesse et son histoire. 

Hommage leur soit rendu ainsi qu'à tous les Piqueux

 

Hommage aux Piqueux, titre du célèbre disque du Tallye Trompes des Vosges des Frères Heinrich, et du merveilleux radoux du même nom composé par Hubert Heinbrich, avec Fanfare Lamothe à cheval devant ses chiens. 

Bibliothèque sonore de trompes de piqueurs et champions : 

Hubert Colladant  https://youtu.be/A43ys4zgMP4?si=TFsfkLGx6XoihlbX  

Pierre Lamothe dit Fanfare  https://youtu.be/V-83wOWYpZg

Pierre Berthier dit Long Jarret https://youtu.be/2aBhqmWA3BY

Guy Brousseau dit Laverdure : https://www.facebook.com/share/v/U17Ly15BsYMVKWVZ/

Fanfare Masson et Pierre Dornez : https://www.facebook.com/share/v/BRHC8RN8fVwJGCdZ/

Jean-Luc Corroyer dit Piqu'Avant et Xavier Legendre : https://youtu.be/XhQWK1G6t7s?si=HeBcuTJvmGJ1LECS 

Hubert Coispel, Pierre Dornez, Bernard Poidevin: https://youtu.be/fZjxm9DJHUI?si=fpt9JyV8LteZ8pCk 

 

liste non exhaustive que chacun enrichira de ses propres recherches.

V2. 2/04/2024. 

bottom of page